La science au service de la beauté

© Télé 7 Jours : La science au service de la beauté | La capacité de nous rendre beaux enquête

Docteur POIGNONEC chirurgien esthétique au Centre Esthétique Paris - Eiffel
La science au service de la beauté 1
Couverture Télé 7 Jours magazine | Alexandra LAMY

Dans une société de l’image, l’apparence ne doit pas être trompeuse, mais doit être la plus naturelle possible. Plus légère que la chirurgie, l’usage de la médecine esthétique se démocratise chez les femmes et les hommes.

La science veut nous rendre beaux

Enquête. Dans une société de l’image, l’apparence ne doit pas être trompeuse, mais la plus naturelle possible. Plus légère que la chirurgie, le recours à la médecine esthétique se démocratise auprès des femmes et des hommes. A 57 ans, Sharon STONE a fait sauter un tabou : celui du recours assumé à la médecine esthétique, en devenant l’égérie d’une marque spécialisée dans les injections anti-âge. Aujourd’hui, grâce à des techniques de moins en moins invasives, cette quête de perfection fait de plus en plus d’adeptes.

De la peau “imprimée” en 3D

Mais la révolution la plus folle vient de l’impression 3D. La société française Poietis est aujourd’hui la seule au monde à pouvoir reconstituer de la matière vivante. En reproduisant par empilement de couches des tissus biologiques, cette innovation permet de s’affranchir de tests sur les animaux, interdits en Europe depuis 2013 pour les produits cosmétiques. Mais pourrait également redonner une seconde jeunesse à des tissus humains abîmés. Pour être tout à fait bien dans sa peau…

Gels bio et greffe de barbe

Cette cosmétique dite « anti-âge » (un marché en progression de 5,8 % en France l’an dernier) surfe d’abord sur le succès du Botox®. Mais d’autres manipulations, comme l’application d’acide glycolique et, surtout, les techniques de lifting sans chirurgie, ont le vent en poupe. Au récent salon des professionnels du secteur, l’IMCAS, les nouveautés explosaient, notamment dans l’univers des gels injectables et, désormais, biodégradables. « Les traitements sont de plus en plus légers et moins coûteux, explique Benjamin ASCHER, directeur scientifique du congrès. Et puis on peut continuer à travailler, ce qui facilite les choses. » Même les hommes s’y mettent : aujourd’hui, chez les messieurs, c’est la greffe de barbe qui fait fureur. En matière d’esthétique, hommes et femmes soignent aussi leurs mains, luttant contre les taches brunes avec la lumière pulsée, le laser ou la cryothérapie, méthode économique, mais douloureuse.

L’avis de L’expert Sylvie POIGNONEC :

« Les tarifs ont baissé aujourd’hui et les patients pensent qu’ils peuvent améliorer leur apparence, ce qui aura un impact sur leur réussite professionnelle. L’injection de certains produits peut aider à paraître moins sévère. »

L’avis de l'expert Sylvie Poignonec, docteur et auteur

SOURCE DE L’ARTICLE : TÉLÉ 7 JOURS LE DR. SYLVIE POIGNONEC INTERROGÉE PAR THOMAS GAETNER | FÉVRIER-MARS 2016