Le paraître dans notre société

La place du paraître dans notre société

Pas Deux Comme Elle - P2CE | Marion RUGGIERI sur Europe 1 : Faut-il être beau pour réussir ?

L’apparence physique au travail tous accro au bistouri demain ? Docteur. POIGNONEC Chirurgien Esthétique; Jean-François AMADIEU, Sociologue, Directeur de l’Observatoire Français des discriminations, Directeur de la Culture Physique et de l’Emploi sur Europe 1.

" Les diktats de la beauté, sois belle et tais-toi ! "

L'émission vivre leur vie : Extraits d'un entretien avec Marianne KOTTENHOFF

M. K. : Affronter le regard des autres s’accepter et parfois difficile dans une société abreuver d’image où la beauté la jeunesse et la minceur sont devenus des dogmes certains arrivent à s’en détacher d’autre part le recours à la chirurgie est alors pour cela une solution pour retrouver confiance et estime de soi rencontre avec le docteur Sylvie POIGNONEC chirurgien esthétique et auteur de faut-il être beau pour réussir bonjour docteur POIGNONEC.

S. P. : Bonjour

M. K. : Alors qu’est-ce qui motive des hommes et des femmes à recourir à la chirurgie esthétique ?

S. P. : Ça dépend de l’âge parce que finalement une jeune fille de 20 ans qui vient parce qu’elle a une bosse sur le nez ou parce qu’elle n’a pas du tout de seins sa motivation c’est ce complexe, le complexe par rapport à ses copines par rapport à sa famille, par rapport à sa vie en général donc là c’est la jeune fille de 20 ans qui veut un vrai changement sur son corps ou sur son visage.

Lorsque l’on avance un petit peu en âge on a des demandes qui sont en rapport par exemple avec le monde du travail garder son travail avec les années qui avance puisque maintenant il y a quand même malgré tout une priorité au jeunisme et heureusement avec les progrès de la médecine on va vivre plus longtemps et donc on va travailler plus longtemps.

À partir de 45-50 ans dans les entreprises dans les grosses sociétés on est parfois un petit peu mise à l’écart donc à ce moment-là les femmes les hommes viennent pour un petit relooking pour donner un petit coup de jeune pour pouvoir poursuivre leur carrière.

Les patients qui ont 60-65 ans qui viennent pour du rajeunissement

M. K. : Est ce qu’on parle plutôt de quête de la perfection ou de pression sociale qui nous oblige à ressembler à une image qu’on nous impose par les médias ou la société ce n’est pas la quête de la perfection.

S. P. : Je crois que peu de monde viennent me voir en disant je veux être parfait parce que personne n’est parfait. On peut se faire aider des petits coups de pouce mais il ne faut absolument pas devenir une addict il ne faut pas devenir une fille transformer lorsqu’on à l’âge est d’être une grand-mère c’est très agréable aussi, il ne faut pas arriver chercher ses petits-enfants en ayant l’air d’avoir 18 ans, mais comment faire la différence entre améliorer son image maîtriser son corps qui nous échappent et puis répondre à la dictature d’une image qui nous est imposée d’un standard.

Les filles de 20 ans elles sont addicts aux séries télé, sont addicts de la télé réalité donc elles viennent avec des photos de petites starlettes avec le nez retroussé avec des seins donc il faut faire très attention, il faut leur dire attention, on va ou on ne va pas vous faire des seins forcément en forme de bimbo, quand elles avancent un peu dans les âges elles sont beaucoup moins proche de ces images de télé réalité c’est quand même moins dans le diktat de l’image.

M. K. : On va en revenir à votre livre la conclusion de tout cela, faut-il est trop beau pour réussir ?

S. P. : La beauté comme un coup de pouce pour réussir pour être mieux dans sa peau mais pas la beauté à tout prix parce que finalement un beau visage figé on n’en a pas besoin je ne pourrais pas dire que faut-il être beau pour réussir, je ne répondrai pas oui voilà ce sera une réponse plutôt plus mitigée dirait faut-il être bien dans sa peau pour réussir ?