Génioplastie

© Magazine TEAM – Surgery génioplastie par le Dr. Sylvie POIGNONEC

Menton saillant ou fuyant

L’étude des proportions du visage peut, dans certains cas, conduire à conseiller un complément chirurgical (profiloplastie) pour obtenir un meilleur équilibre physique du visage, dont le menton est une pièce maîtresse. Un menton saillant (macrogénie) dénote une apparence plutôt masculine, volontaire, affirmée, alors qu’à I‘inverse, un menton fuyant (microgénie) reflète une personnalité plus effacée.

D’une manière générale, c’est en tirant une ligne verticale entre le front et le menton que l‘on détermine le positionnement du menton, qui ne doit pas se trouver en retrait ni dépasser la ligne.
Une malformation à ce niveau peut engendrer des souffrances psychologiques dès l’adolescence.
Mais, sauf exception, aucune intervention – mis à part un traitement orthodontique – n’est envisageable avant l’âge de 18 ans.

Recul du menton

A l’inverse, le vieillissement peut entrainer un amaigrissement avec recul du menton, essentiellement dû à une résorption osseuse, ce qui peut donner un profil d’oiseau disgracieux.
Une bonne hygiène bucco-dentaire est indispensable et les implants sont aussi utiles pour stabiliser le maxillaire.

II faudra peut-être envisager une intervention sur la structure même du menton. Tout commence avec un bilan radiologique complet qui permettra de déterminer la cause réelle du recul de l’os maxillaire.

Si le bilan montre un recul important, une ostéotomie couplée à un traitement orthodontique peut apporter une réponse
satisfaisante (génioplastie d’avancement).

Orthodontiste et chirurgien se concertent

Une concertation approfondie s’engage alors entre le patient, l’orthodontiste et moi-même pour bien déterminer les enjeux.
Il faut savoir en effet qu’une intervention à ce niveau est délicate car il s’agit d’une région très innervée et, évidemment, très visible.
La position des racines dentaires sera étudiée avec attention, de même que l’articulé (la jonction des dents supérieures et inférieures).
Seuls des praticiens très expérimentés peuvent conduire une telle intervention. II faut d’ailleurs disposer d’un outillage très particulier (microplaques et microvis).

Cette opération, appelée génioplastie, consiste à décoller une partie de l’os maxillaire puis de la replacer plus avant. On accède à cette zone par la voie vestibulaire (à l’avant des dents inférieures), ce qui
évite une cicatrice externe. Naturellement, un soin particulier est porté sur l’émergence des nerfs, de manière à éviter tout inconvénient
ultérieur (endormissement local).

Dr. Sylvie POIGNONEC chirurgien plasticien et esthétique au Centre Médical Esthétique Parisien
Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Intéressé par une télé consultation vidéo gratuite avec le docteur Sylvie POIGNONEC ?

Obtenez un rendez-vous à distance plus rapidement directement depuis votre compte Doctolib