Prêtes à tout pour rester jeunes

Explications : Docteur POIGNONEC chirurgien esthétique à Paris Ça commence aujourd’hui sur le thème : Prêtes à tout pour rester jeunes

Crédit vidéo : france2

« Prêtes à tout pour rester jeunes »

Ça commence aujourd'hui France 2 - 13 octobre 2017

13/10/17 : Le docteur POIGNONEC était l’invitée l’émission « Ça commence aujourd’hui » présentée par Faustine BOLLAERT sur France 2

Émission en intégralité

Conseils d'experts : Faire du sport; Manger équilibré; Avoir une bonne hygiène de vie

Conseils d'experts : Savoir être plein d'amour; Être authentique

Faustine : On va passer aux questions/réponses.
Bonjour, Docteur Sylvie POIGNONEC
Qu’est-ce qu’on vous demande le plus, vous, chirurgienne plasticienne ?
Est-ce que c’est pour lutter contre le temps principalement ?
Dr. S. POIGNONEC : Oui, pour lutter contre le temps. La première intervention c’est la liposuccion
Ensuite, les yeux.
Jean Philippe : Pendant l’émission, il y a plus d’une centaine d’opérations. C’est une moyenne.
On y a recours de plus en plus souvent.
Ça fait partie des questions qu’on reçoit.
Faustine : On a des questions d’hommes qui veulent lutter aussi contre le temps ?
Jean-Philippe : Bien sûr. En voici une.
Pierre : Peut-on appliquer sur les hommes les mêmes opérations de chirurgie esthétique que sur les femmes ?
Dr. S. POIGNONEC : Les hommes demandent la chirurgie du cuir chevelu. On fait la chirurgie de la calvitie avec des micro greffons. Après, on réimplante des cheveux dans le cuir chevelu.
Il ne faut pas le faire trop tard.
Si vous pouvez le faire aux alentours de 40 ans, c’est mieux car il y a plus de densité.
Après, la lipo-aspiration de ce qu’on appelle la bouée.
Les poches sous les yeux c’est très demandé par les hommes.
Faustine : C’est douloureux ?
Dr. S. POIGNONEC : Non pas trop. En revanche on peut avoir des petits bleus suite à l’opération. Je précise que, pour les hommes, il n’y a pas de cicatrice car on passe par l’intérieur de l’œil.
Jean-Philippe : Question
Emma : Je suis hôtesse d’accueil, mon employeur insinue que je devrais avoir l’air plus jeune, en meilleur santé.
Dois-je faire de la médecine esthétique pour garder mon emploi ?
Jean Philippe : Dans son métier, elle sent que c’est nécessaire, pour rester dans la concurrence avec les plus jeunes.
Faustine : Il y a des métiers où il y a cette exigence.

Jean-Philippe : On a une question sur l’aspect génétique.
Dr. S. POIGNONEC : Tout à l’heure, on a parlé des Asiatiques.
C’est toujours très difficile de leur donner un âge.
On resplendit parce qu’on dégage ce qu’il y a à l’intérieur de soi.
Est-ce qu’il y a un gène de la beauté ?
Je ne crois pas.
V. GRUMELIN : En consultation, il y a des femmes qui disent vouloir vieillir et ressembler à leur mère.
D’autres, au contraire, en sont très fières.
Je pense qu’en réalité, beaucoup de chirurgie esthétique, notamment du nez ça vient d’une mère qui a dit à sa fille qu’elle ressemblait à son père.
Et la fille croit que c’est le nez de papa.
Dr. S. POIGNONEC : Un nez dévié, on peut l’améliorer.
On a des chirurgies plus douces, plus simples.
Il y a des jeunes filles qui ont fait de la chirurgie et ça ne se voit pas du tout.
Faustine : C’est ça, le message important de la chirurgie esthétique

Dr. S. POIGNONEC : Oui, on est dans une société du jeunisme.

Dans certaines boîtes, à partir de 45 ans, c’est difficile de garder sa place. C’est terrible !

Pour avoir l’air en forme et en bonne santé, il faut bien présenter.
Il y a même des boites américaines qui paient l’intervention à leurs employés. Ça ne se fait pas en France.

Aux États-Unis, une étude a démontré que les personnes qui avaient un physique avantageux avaient un salaire supérieur de 6 %. Ça crée une discrimination à l’embauche.

Nous sommes là pour essayer d’éviter cette discrimination.
Enlever un petit complexe, quelque chose qui vous bloque à cause de ce complexe, on va travailler là-dessus.

Faustine : On voit de plus en plus de gens qui ont cette angoisse.

V. GRUMELIN : J’aimerais ajouter une chose.Nous sommes dans une société très élitiste.
Avant quand il y avait un poste à pourvoir, il y avait 15 personnes pour ce poste.
Aujourd’hui, il y a 100 personnes pour le même poste.
Le physique devient de plus en plus important.
On prendra quelqu’un de compétent mais en plus qui apparait bien.
Il y a une course du paraître, pour paraître le mieux possible, le moins fatigué possible.
Les gens consultent car ils se sentent quelquefois incapables de lutter.
Parfois, ils n’en ont pas les moyens financiers. Ça coûte assez cher.
Ils n’ont pas non plus les moyens de lutter psychologiquement et baissent les bras.
Ils n’en peuvent plus de se frustrer et ils n’ont plus envie de lutter.
Ils ont perdu l’estime de soi.
On va les aider à retrouver…
La vraie valeur d’eux-mêmes et continuer à les mettre sur la route et pas sur une route d’égarement.
Question d’une femme dans le public : J’aimerais savoir comment faire pour bien vieillir dans sa tête et dans son corps sans artifices ?

Faustine : Est-ce qu’il y a une recette miracle pour bien vieillir dans sa tête et dans son corps.

V. GRUMELIN : C’est important d’être et de paraître.
Les gens qui font que paraître, à un moment donné, disparaissent.

Les gens qui sont, évidemment qu’ils ont besoin de continuer à paraître bien, faire du sport bien manger, avoir une hygiène alimentaire correcte

Ils vont être conscients de leur situation.

Dr. Sylvie POIGNONEC chirurgien plasticien et esthétique au Centre Médical Esthétique Parisien
Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp

Intéressé par une télé consultation vidéo gratuite avec le docteur Sylvie POIGNONEC ?

Obtenez un rendez-vous à distance plus rapidement directement depuis votre compte Doctolib