Lifting des bras

© Elle Magazine N°3815 en couverture Eva HERZIGOVA
Le lifting des bras « C’est une demande importante à partir de 50 ans chez les femmes très minces ou chez celles qui ont fortement maigri, constate la chirurgienne esthétique Sylvie Poignonec. « La pressothérapie avec pansements ou les séances de lumière intense pulsée (IPL) peuvent limiter le risque de rougeur ou de pigmentation », rassure la Dre Poignonec.

© Lifting des bras ELLE.FR

Source de l'article : © MAGAZINE ELLE lifting des bras le Dr. Sylvie POIGNONEC a participé à ce numéro | Paru entre le 1er et le 7 Février 2019

© Elle Magazine en couverture Carole BOUQUET

© MAGAZINE ELLE : Lifting des bras LINH PHAM

Source de l'article : © MAGAZINE ELLE lifting des bras liposculpture des bras le Dr. Sylvie POIGNONEC a participé à ce numéro | paru le 31 Janvier 2014

lifting chirurgical des bras
Photos lifting bras avant après
Lifting de bras photos avant après

Avant d’opter pour un lifting des bras :

Si le sport peut améliorer la tonicité des bras, il ne peut en aucun cas éliminer l’excès de peau pour redessiner sa silhouette.

  • Cette intervention est très demandée par les personnes ne supportant plus leurs bras « qui ballottent et qui pendent ».
  • La chirurgie des bras permet de redonner une forme agréable à des bras devenus inesthétiques.
  • L’intervention est plutôt légère et la cicatrice bien cachée dans l’aisselle et/ou à l’intérieur du bras.
    Si la quantité de peau à retirer est peu importante, le médecin procède à une incision dans l’aisselle. Sinon, seule une incision tout le long du bras résout le problème ! Et la cicatrice est apparente, parfois inesthétique.
  • Cette technique laisse des cicatrices parfois visibles. Plus la résection de peau est importante, plus la cicatrice est longue. Mais vaut-il mieux garder un corps relâché sans cicatrices qu’un corps harmonieusement remodelé avec cicatrices ! Il appartient à chacun de répondre à cette question.

Combien de temps faut-il être à jeun avant l’intervention?

  • Aucun médicament contenant de l’aspirine ne devra être pris dans les 10 jours précédant l’intervention et le tabac est déconseillé vu son incidence sur la cicatrisation.
  • En fonction du type d’anesthésie pratiqué, il est possible qu’un jeun soit exigé avant l’arrivée au bloc : ne rien boire et ne rien manger dans les 6 heures avant l’opération.

Pendant et après la chirurgie !

lifting des bras brachioplastie incision cicatrice
Crédit illustration: SOF.CPRE

chirurgie esthétique des bras cicatrice
Crédit illustration: SOF.CPRE

livre de chirurgie esthétique solutions et conseilsSources: [Meilleur extrait du livre « La chirurgie esthétique, les solutions et les conseils de mon chirurgien ». © Éditions Ambre L’auteur: Dr. Sylvie POIGNONEC – Chirurgien Plasticien et Esthétique, situé en plein cœur de Paris, spécialisé en chirurgie plastique, esthétique & reconstructrice]

Quelles sont les complications envisageables suite à un lifting de la face interne du bras?

Un lifting de la face interne de bras, bien que souvent réalisé pour des motivations essentiellement esthétiques, n’en reste pas moins une véritable intervention chirurgicale, ce qui implique les risques liés à tout acte chirurgical, aussi minime soit-il. Des complications peuvent survenir au décours d’un lifting de la face interne de bras qui constitue une des interventions les plus délicates de la chirurgie plastique et esthétique.

Parmi ces complications envisageables, il faut citer :

Les complications générales :

  • Les accidents thrombo-emboliques (phlébite, embolie pulmonaire), bien que globalement rares, sont parmi les plus redoutables. Des mesures préventives rigoureuses doivent en minimiser l’incidence : port de bas de contention, lever précoce, éventuellement traitement anti-coagulant.

Les complications locales :

  • La survenue d’un hématome, en fait assez rare, peut justifier son évacuation afin de ne pas risquer d’altérer la qualité esthétique du résultat.
  • La survenue d’une infection est favorisée par la proximité d’un pli naturel (gîte microbien habituel) et est prévenue par une hygiène pré et post-opératoire rigoureuse jusqu’à la cicatrisation complète. Son traitement peut faire appel à une prescription d’antibiotiques, et selon les cas, à une reprise chirurgicale, éventuellement un drainage. Elle peut parfois laisser des séquelles inesthétiques.
  • La survenue d’un écoulement lymphatique persistant est parfois observée. Il peut se compliquer d’un épanchement (gonflement) qui peut nécessiter une ponction mais qui s’assèche le plus souvent sans séquelle particulière.
  • Un retard de cicatrisation peut parfois être observé, qui allonge les suites opératoires.
  • Une nécrose cutanée peut exceptionnellement être observée, en règle générale limitée et localisée. Elle est plus fréquente chez les fumeur(se)s, surtout si l’arrêt du tabac n’a pas été strictement respecté. La prévention de ces nécroses repose sur une indication bien posée et sur la réalisation d’un geste technique adapté et prudent, évitant toute tension excessive au niveau des sutures.
  • Des altérations de la sensibilité, notamment la diminution de la sensibilité de la face interne du bras, peuvent être observées : la sensibilité normale réapparaît le plus souvent dans un délai de 3 à 6 mois après l’intervention.

Au total, il ne faut pas surévaluer les risques mais simplement prendre conscience qu’une intervention chirurgicale, même apparemment simple, comporte toujours une petite part d’aléas. Il est important de distinguer les complications liées à l’anesthésie de celles liées au geste chirurgical.

Le recours à un Chirurgien Plasticien qualifié vous assure que celui-ci a la formation et la compétence requises pour savoir éviter ces complications, ou les traiter efficacement le cas échéant. En ce qui concerne le geste chirurgical: En choisissant un Chirurgien Plasticien qualifié et compétent, formé à ce type d’intervention, vous limitez au maximum ces risques, sans toutefois les supprimer complètement. Si vous constatez une ou plusieurs complications, contactez immédiatement le chirurgien plasticien et esthétique.

À propos de l'auteur

Sylvie POIGNONEC

Le Dr. Sylvie POIGNONEC est chirurgien plasticien, reconnue et qualifiée par l’Ordre des Médecins français, et par la Haute Autorité de Santé. Elle est régulièrement invitée pour donner des conférences sur la chirurgie des seins, les techniques de rajeunissement du visage et des paupières et la rhinoplastie. Aussi, elle conserve des fonctions d’attachée à l’assistance Publique des Hôpitaux de Paris. Auteur d’ouvrages de référence intitulés « La Chirurgie esthétique : les solutions et les conseils de mon chirurgien » & « Faut-il être beau pour réussir ? ».

Mis à jour le: 8 février 2019 [MàJ]