Cicatrices post opératoires

Traitement des cicatrices chirurgicales– Explications : Docteur POIGNONEC chirurgien esthétique à Paris
Crédit illustration: SOF.CPRE : Lésions tissus de la peau

Comment faire disparaitre une cicatrice?

Quelles que soient les opérations, le chirurgien esthétique fait les plus belles cicatrices. Le suivi des cicatrices après une opération par LED en post-opératoire.

Cette intervention est conseillée aux personnes souffrant de leur(s) cicatrice(s) stabilisée(s), une fois que les tissus environnants sont guéris, c’est-à-dire au terme de leur évolution naturelle (18 mois à 2 ans).

Elle concerne surtout :

  • Les cicatrices inesthétiques, colorées, larges, irrégulières, creuses, décalées, etc.
  • Les cicatrices ulcérées sujettes aux écorchures qui s’aggravent.
  • Les cicatrices rétractiles, indurées, qui limitent parfois certains mouvements.
  • Les cicatrices inflammatoires, rouges, en relief, élargies, douloureuses, dites hypertrophiques ou chéloïdiennes.

Crédit illustration: SOF.CPRE : Cicatrice après une intervention chirurgicale, coupure accidentelle ou brûlure

Pourquoi corriger une cicatrice?

Qu’elles soient l’objet d’une blessure ou d’une intervention chirurgicale, les cicatrices laissent, à terme, une trace indélébile plus ou moins psychologiquement traumatisante, visible sur la surface de votre peau.

Elle sera mieux acceptée si elle est plus discrète, voire quasi invisible…

Crédit illustration: SOF.CPRE : Traitement type de cicatrice, opération, acné, accident, brûlure

Le choix de la technique est-elle définie au cas par cas?

Lors de votre entretien avec le chirurgien, celui-ci vous questionnera sur votre état de santé et examinera minutieusement la cicatrice à traiter.
Il vous expliquera ensuite la technique à employer pour obtenir le meilleur résultat possible.

Si le médecin juge qu’une anesthésie locale ne suffit pas, il vous enverra voir le médecin anesthésiste pour une consultation préopératoire. Avant l’intervention, il vous faudra réaliser un bilan médical.

  • Le tabac pouvant être à l’origine d’un retard de cicatrisation, vous devrez arrêter de fumer au moins un mois avant l’intervention et un mois après.
  • La prise d’aspirine, ou tout médicament en contenant, est interdite dans les 10 jours précédant le jour J.

L’anesthésie générale est rarement utilisée en dermato-chirurgie, mais il est quand même possible que l’on vous demande d’être à jeun, c’est-à-dire de n’avoir rien mangé ni bu au moins 6 heures avant l’intervention.

La correction chirurgicale de cicatrices peut se faire au cabinet du praticien s’il a l’équipement nécessaire et si vous pouvez bénéficier d’une simple anesthésie locale.

Sinon, l’intervention peut être effectuée en clinique ou à l’hôpital, en hospitalisation de jour, avec sortie le même jour après quelques heures de surveillance.

Faire disparaitre une cicatrice, est-ce réaliste?

La cicatrice que vous souhaitez faire disparaître est excisée, puis la peau est refermée avec une suture minutieuse et parfaite afin d’obtenir une cicatrice quasi invisible, en tous cas, très discrète ! Il s’agit en fait de « reprendre » la cicatrice, pour les cas les plus simples.

Pour les cas plus compliqués, lorsque la cicatrice est très étendue, d’autres techniques sont employées (seules ou associées) comme faire une greffe de peau ou déplacer un lambeau de peau à côté de la cicatrice pour que celui-ci vienne la recouvrir.

On peut également utiliser un excédent cutané préalablement créé à l’aide d’un ballonnet gonflé sous une partie de peau saine pour la distendre, excédent qui est alors découpé pour recouvrir la zone abimée.

Quel est l’aspect de la peau après le traitement?

De petits saignements ou légers suintements, des bleus et des gonflements peuvent apparaître mais ils disparaîtront plus ou moins rapidement au fil du temps.

Des démangeaisons sont fréquentes pendant la cicatrisation.

Lorsque les fils de suture utilisés ne sont pas résorbables, ils sont retirés aux alentours du 10ème jour.

Vous noterez éventuellement une sensation de gêne ou d’inconfort, voire une certaine tension sur la zone opérée ; bien entendu, vous devrez ménager vos efforts et ne pas faire de mouvements qui la solliciteraient trop.

Avant que l’aspect de la cicatrice ne s’améliore, vous la verrez passer du rouge au rosé, puis devenir fibreuse et indurée ; finalement, elle va s’éclaircir et s’assouplir généralement au-delà du troisième mois après l’intervention. Mais il faut bien attendre un an ou deux avant de pouvoir juger du résultat définitif.

Votre médecin vous donnera des instructions pour masser la zone traitée.

Toute exposition au soleil ou aux U.V. est fortement déconseillée tant que votre chirurgien vous le recommandera.

Une crème de protection solaire à très haut indice sera appliquée à chaque sortie, même en plein hiver.

Vous devrez faire contrôler régulièrement l’évolution d’une cicatrice anormale corrigée.

LA CHIRURGIE ESTHÉTIQUE
Cicatrice post opératoire
La perfection esthétique teintée d’une grande humanité.
Avis d'un patientTraitement d'une cicatrice après une intervention chirurgicale

Source cicatrices post opératoires : Meilleur extrait du livre « La chirurgie esthétique, les solutions et les conseils de mon chirurgien » © Éditions Ambre | L'auteur : Dr. Sylvie POIGNONEC - Chirurgien Plasticien et Esthétique, situé en plein cœur de Paris, spécialisé en chirurgie plastique, esthétique & reconstructrice

Quelles sont les complications envisageables?

La Dermato-Chirurgie correspond à des interventions «de surface» qui ne concernent que la peau et ne sont donc pas très « lourdes ».

Elles comportent toutefois, comme tout acte médical si minime soit-il, un certain nombre d’incertitudes et de risques :

Cependant, ces risques de complication sont rares et peuvent être limités. Il faut distinguer les complications liées à l’anesthésie de celles liées au geste chirurgical.

  • Petits saignements : ils peuvent survenir même quelques jours après l’intervention. Ils sont habituellement faciles à contrôler.
  • Hématomes : la plupart du temps sans gravité, ils peuvent justifier d’être évacués s’ils sont trop importants.
  • Infection : elle peut être liée à une forme d’intolérance aux fils de suture ou être favorisée par la présence d’un petit hématome. Elle se manifeste par une douleur et une intense rougeur locale avec écoulement purulent. Le recours à des antibiotiques ou de simples soins locaux permettent, la plupart du temps, de résoudre le problème, parfois avec des conséquences néfastes sur la qualité de la cicatrice.
  • Nécrose cutanée : il s’agit d’une mortification de la peau par défaut d’apport sanguin. Elle es exceptionnelle et ne se rencontre que dans les cas de tension extrême sur les berges de la cicatrice ou lors de la réalisation d’un lambeau à la vascularisation précaire. Elle peut parfois venir compliquer un hématome ou une infection. Elle est nettement favorisée par le tabagisme. Elle compromet fortement le résultat esthétique.
  • Défaut de prise de greffe : la réussite d’une greffe n’est jamais certaine à 100%. On peut donc parfois assister à une nécrose, la plupart du temps partielle, de la greffe.
  • Anomalies de cicatrisation : au-delà des cicatrices inesthétiques déjà évoquées, on pense surtout aux redoutables mais rarissimes cicatrices «chéloïdes» vraies, dont le traitement est très délicat et souvent décevant
  • Blessure de nerfs avoisinants : le plus souvent ce sont les filets nerveux sensitifs qui sont concernés, aboutissant alors à des troubles localisés de la sensibilité (anesthésie, fourmillements…). Exceptionnellement au niveau de la face, il peut s’agir d’une branche motrice, aboutissant à une paralysie partielle de la partie du visage concernée (par exemple la moitié du front). Heureusement la plupart du temps ces troubles sont transitoires et disparaissent.

Source : Société Française de Chirurgie Plastique Reconstructrice et Esthétique S.o.F.C.P.R.E

Le traitement adapté pour chaque type de cicatrice

Vous pouvez rechercher maintenant

En cas d’urgence médicale, appelez le Samu en composant le 15